Changer/Oubli ?
 
 
 
 

Joël Avarap44 - Témoignages participants Soizic

pour parler de l’AVARAP j’ai d’abord été tenté de vous dire : « l’AVARAP ne se raconte pas, il est plus facile de le vivre ». Même si la méthode AVARAP vous encourage à être synthétique dans votre propos, c’est, avant tout, au service de la persuasion et de notre capacité à maintenir l’attention de notre interlocuteur en l’occurrence, vous chers lecteurs et chères lectrices. Je me décide donc à prolonger ce propos avec pour seul objectif de dévoiler le sujet tout en cachant l’essentiel pour vous encourager à troquer votre statut de lecteur, lectrice pour celui d’acteur, d’actrice au service du changement : du votre comme celui des autres membres de votre futur groupe.
L’AVARAP s’est avant tout une expérience à vivre basée sur le collectif. J’aurais pu employer le terme de dynamique collective mais cela vous appartient et l’état d’esprit de votre groupe sera à la hauteur de ce que vous déciderez de vivre ensemble. Bien sûr, la méthode propose un déroulement, une progression, des perspectives de changement au détour d’une réunion hebdomadaire minimum, d’exercices, de réflexions, de mises en situation, d’ateliers… Mais attention, n’attendez pas tout de la méthode, elle peut vous transformer, mais si vous le décidez et pas de mutation génétique au passage, de rôles que l’on endosse pour être dans la tendance. Non, L’AVARAP est à l’abri des modes, des recettes miracles et autres effets spectaculaires. Penché vous sur son histoire et vous verrez…
On va simplement vous encourager à parler vrai, à être authentique. On ne se réfugie jamais derrière la méthode car elle laisse la place à votre libre choix, votre volonté de vous prendre en main, d’agir et de peser sur votre environnement. L’AVARAP présente aussi l’avantage de réaliser une bonne alchimie entre des cadres en exercice qui ont une volonté de changement et d’autres cadres, privés temporairement de responsabilités, qui souhaitent aussi que cela change.
Chaque participant(e) est animé(e) par une volonté de changement et progressivement, sollicite le collectif pour l’encourager en ce sens sachant qu’il (ou elle) assume en contrepartie de se montrer disponible et à l’écoute des projets des autres. On a parfois toutes les peines du monde à engager une dynamique de changement pour soi mais on peut aussi y parvenir plus facilement en aidant les autres. Ce qui produira immanquablement comme dommages collatéraux de renforcer l’image de soi, d’engranger de la confiance et de se rendre compte, tout simplement, que si c’est possible pour les autres, cela marche aussi pour soi.
L’AVARAP est aussi un terme d’alpinisme et ce n’est surement pas un hasard alors je vous souhaite une bonne ascension vers le changement : nous pouvons tous atteindre des sommets et si vous en êtes convaincu, vous ne tarderez pas à en convaincre les autres et c’est très agréable dans ses rapports avec les autres, notamment au quotidien dans la vie professionnelle, pour décrocher un travail, convaincre des collègues, être à l’écoute de ses collaborateurs, argumenter auprès de son responsable hiérarchique, être à l’initiative de nouveaux projets

 

Retour

Actualités